Euro 6, Gaz, Electrique, Hydrogène, les énergies en puissance

Depuis les origines de la mobilité moderne, les poids-lourds comme les voitures, fonctionnent à l’énergie fossile, essence, gazole ou gaz. Au fil du temps, les poids lourds sont même passés 100% au Diesel.
Les contraintes environnementales se multipliant, les constructeurs ont réinventé leur métier et les émissions nocives ont diminué dans des proportions considérables, depuis la norme Euro 0 en 1990 à la norme Euro 6 fin 2013.

Nous sommes à un tournant … les énergies alternatives se développent et vont occuper le terrain jusqu’à, un jour, supplanter les énergies fossiles. Mais le gazole restera largement plébiscité pendant encore longtemps.

LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE EST EN ROUTE

Même les constructeurs qui défendent le gazole « propre » ont fait évoluer leurs arguments en avançant d’autres solutions. Tout en gardant les moteurs diesel dans leur gamme, car il n’y a pas d’alternative pour la longue distance, tous proposent des choix alternatifs qui correspondent à des usages spécifiques.

Les véhicules électriques sont dédiés à un usage urbain, le gaz, sur les poids-lourds il s’agit soit du GNL (gaz naturel liquéfié) ou le GNC (gaz naturel comprimé). L’usage de ces gaz répondent à des limitations d’utilisation des camions en ville. Les surcoûts à l’achat sont souvent compensés par des aides publiques. De leur côté, les pétroliers travaillent sur des solutions énergétiques nouvelles, car eux aussi ont besoin d’une alternative pour leur futur…

Les équipementiers ont aussi chacun leurs offres en partenariat avec les constructeurs. Ainsi, parle-t-on de l’hydrogène. Dans le domaine du poids lourd, nous en sommes au stade du démonstrateur. Mais de toute évidence, les constructeurs vont également progresser dans ce domaine.

Dernier exemple en date CNH Industrial (Iveco) vient d’annoncer l’investissement de 250 millions de dollars dans la série D du constructeur américain NIKOLA, qui développe des solutions hydrogène depuis des années.

Télécharger la fiche complète

L’ÉLECTRIQUE EST-IL ÉCOLOGIQUE ?

Face au tout électrique, prôné par l’étude Mazars l’étude publiée par l’ADEME, Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, prend un autre parti, celui de l’hybride rechargeable, qu’elle considère comme plus pertinente. « Les solutions hybrides rechargeables avec leurs batteries plus petites, ont un impact environnemental moindre, notamment pour des trajets quotidiens de moins de 50 km, même si le coût reste un « verrou » qui freine leur développement. Il faut aussi que ces véhicules soient utilisés régulièrement et que leur batterie soit rechargée quotidiennement pour maximiser l’utilisation du véhicule en mode électrique », précise l’étude. Concernant les véhicules utilitaires, l’ADEME tient
les mêmes observations. Le tout électrique, au vu de la consommation de ses véhicules ne semble, selon elle, pas la meilleure solution. Pour les poids lourds, l’étude n’oublie pas de mentionner le gaz naturel comme une bonne alternative même si de nombreux constructeurs proposent aujourd’hui une gamme électrique, à l’image de Renault, Mercedes ou MAN.